finitzerfamily.wifeo.com

Le site de la famille Finitzer

Son Histoire et sa Généalogie à Alteckendorf

 
 

De la Serbie aux Etats-Unis d'Amérique


Schowe, un village d'Autriche-Hongrie à repeupler

Les migrants 

Johann Georg Finitzer est né à Dossenheim-sur-Zinsel au sein du couple que forment les calvinistes Johann Finitzer et Barbara Brunst. Il fut baptisé par le pasteur luthérien de cette localité le 15 mars 1745. Le 10 novembre 1767, il épouse à Neuwiller-lès-Saverne Catharina Haller. Probablement née en 1743, elle est la fille du calviniste Rudolph Haller. Les membres de la famille Haller habitent tous la ferme seigneuriale du Fullengarten. Cette exploitation agricole a d'abord fait partie du comté de Hanau-Lichtenberg. Puis lorsque cette dynastie s'est éteinte en 1736, elle est passée en héritage au Landgrave de Hessen-Darmstadt. Le Fullengarten existe toujours. Il est situé dans une clairière qui est un défrichement de la forêt vosgienne à l'ouest de Neuwiller. Mais le Fullengarten dépend depuis la Révolution de la commune de Dossenheim située plus loin au sud. 

Johann Georg Finitzer et Catharina Haller ont eut cinq enfants tous nés au Fullengarten. Tous les cinq furent baptisés par le pasteur luthérien de Neuwiller bien que leur confession soit calviniste. Il s'agit de:

- Catharina Margaratha Finitzer, née le 12 août 1768 et décédée le 18 août 1770.
- Catharina Elisabetha Finitzer, née le 12 septembre 1770.
- Johann Georg Finitzer, né le 28 avril 1772 et décédé le 2 août 1772.
- Maria Magdalena Finitzer née le 10 septembre 1773 et décédée le 8 août 1779 à Ernolsheim-lès-Saverne.
- Johann Adam Finitzer, né le 6 novembre 1776.
 

Durant tout le XVIIIème siècle,  le gouvernement de l'empire autrichien cherche à repeupler par des allemands les territoires gagnés dans les Balkans face à l'empire ottoman. Son but est de stabiliser cette zone tampon qui fait face aux ottomans. Régulièrement des appels à la colonisation se font entendre dans les principautés allemandes. Des colons majoritairement originaires du sud de l’Allemagne saisissent cette opportunité pour se construire une nouvelle vie. La première vague d’immigration se déroule sous le règne de l’empereur Charles VI (1711-1740), puis une autre sous le règne de sa fille Marie-Thérèse (1740-1780). La troisième vague d’immigration a lieu sous le règne de l’empereur Joseph II (1780-1790), fils de Marie-Thérèse. En 1785, Johann Georg Finitzer et bon nombre de membres de sa belle-famille les Haller seront tentés par cette aventure.

Carte des mouvements des colons allemands au sein de l'Autriche-Hongrie
Migrations souabes au sein de l`Autriche-Hongrie    

Le Batschka

 La province du Batschka est une contrée située entre le fleuve Danube et la rivière Theiss. Son appellation serbe est Backa et son équivalent hongrois est Bácska. Cette aire est à présent divisée entre la Hongrie au nord et la Serbie au sud (province de Voïvodine).

 Cette région danubienne devient une possession habsbourgeoise entre la fin du XVIIème et le début du XVIIIème siècle. A cette époque la contrée est dévastée et sous-peuplée. L’empereur de Vienne désire repeupler cette province située à la frontière avec l’empire ottoman. Il fait alors appel aux différents peuples réunis sous son sceptre. A savoir les actuelles Autriche, Slovaquie, Hongrie et Roumanie. Des familles viennent aussi d’Allemagne, de Suisse et de France (Alsace et Lorraine). Des réfugiés originaires de l’empire ottoman sont aussi acceptés (Serbie, Croatie). Il se forme alors différentes communautés ethniques (hongroise, slovaque et allemandes) qui doivent cohabiter sur un même territoire. Les colons allemands sont désignés sous le terme de Danauschwaben, beaucoup d‘entre eux étant originaires de Souabe. Ces différentes communautés ont pût cohabiter tant bien que mal entre elles. Mais après la Seconde Guerre Mondiale, entre 1945 et 1948, les allemands ont été persécutés et chassés. 

 Schowe

Le petit groupe de 59 colons et leurs familles qui traversa le Danube en 1785 était surtout originaire de Rhénanie et du Palatinat. Il passèrent l’hiver à Torschau (aujourd’hui Savino Selo) avec d’autres colons. Puis le 26 mai 1786, leurs lots leurs furent attribués. Ils fondèrent leur nouvelle communauté a côté du village déjà existant de Sove qu’ils appelèrent Schowe. Les Allemands, pour se désigner utilisèrent le terme de Schoweer. De nos jours cette localité de Serbie est située dans la province autonome de Voïvodine et son toponyme est Ravno Selo.

 Lorsque les colons allemands arrivent en 1786, les habitations de leur nouveau cadre de vie se développent à côté d’un village serbe. Ce dernier existe depuis plusieurs siècles et apparaît sous les toponymes de Sove, Soove, Soova et probablement de Somva; des pièces archéologiques de l’époque romaine ayant été découvertes. Les colons allemands appelèrent ce village Schowe. Au cours des années, le nombre des colons augmenta. Il s’avéra très vite que leurs besoins et leurs intérêts divergeaient fortement de ceux des autochtones serbes. En 1819, pour résoudre les conflits, les autorités scindèrent la localité en deux entités. La partie originelle prit le nom de Altschowe (Vieux-Schowe) et la colonie allemande prit le nom de Neuschowe (Nouvelle Schowe). A cette époque, Schowe dépend de l’Empire austro-hongrois et plus précisément de la Hongrie. De ce fait le village apparaît aussi sous le toponymes hongrois de Osove ou Ujsove. Certains documents officiels de cette époque utilisent la langue latine. Les prénoms y sont généralement latinisés; Joannes Veisz ou Philippus Schmidt par exemple. En 1828, une liste fiscale latinise les noms des deux villages sous Vetus Soove et Neo Soove. Après la Première Guerre Mondiale, l’Empire austro-hongrois éclate et de nouveaux pays voient le jour. La partie sud de la province du Batschka où se trouve Schowe est intégrée à la Yougoslavie. Les deux villages prennent alors les noms serbes de Stare Sove et de Nove Sove. 

Ci-dessous, les églises luthérienne et calviniste de Neu-Schowe.
 
Photographie ancienne de Schowe

Les Finitzer de Schowe  

  La famille Finitzer fera souche et restera présente à Schowe de 1786 à 1948, année où prendront fin les persécutions contre les germanophones de Yougoslavie. Mais bien avant cette date fatidique quelques individus ont prit la décision de migrer vers les Etats-Unis. A l'heure actuelle, il n'a pas encore été possible de reconstituer la filiation de tous ces individus. Mais ça et là des données éparses apparaissent dans des documentations sur internet. La principale source étant le site internet en Anglais et Allemand consacré à la communauté germanophe disparue du village de Schowe.  

Au début de la colonisation 

Johann Georg Finitzer décède à Schowe en 1818. Deux de ses cinq enfants sont parvenus à l'âge adulte et l'ont accompagné jusqu'au Batschka. Sa fille Elisabeth née au Fullengarten en 1770 a épousée à Schowe Heinrich Schmidt, le fils du colon Daniel Schmidt (ce dernier est décédé à l'âge de 75 ans en 1835). Son fils Adam Finitzer, né au Fullengarten en 1776 a épousé à Schowe vers 1798 Anna Barbara Blum puis en 1808 en secondes noces Anna Elisabetha Hamm. On sait aussi que Margaretha Finitzer, une fille de Adam Finitzer a épousée en 1822 Peter Gutwein.   

Les dernières années

Vue par satellite de Schowe (Ravno Selo) et localisation des domiciles des familles Finitzer en 1944.

Photographie: On peut voir ci-dessus une vue en 2007 par satellite de la localité de Schowe (Ravno Selo). Les nombres de 1 à 6 indiquent  la localisation des domiciles des familles FINITZER  en 1944.  

1; Haupt Gasse 81, Neu Schowe, domicile de:  
Johann Finitzer né en 1887 et décédé au Camp Jarek;
Elisabeth Finitzer née Krieger en 1890 et décédée au Camp Jarek
Susanna Finitzer, née en 1908 et décédée au camp Jarek
Elisabeth Finitzer, née en 1910 et ayant migrée vers les USA.
Katharma Finitzer née Boltz en 1866 et décédée au Camp Jarek (tous calvinistes).

2; Frosch Gasse 17, Neu Schowe, domicile de:
Katharina Finitzer née Scherer en 1894, calviniste et ayant migrée vers le Canada
Katharina Finitzer née en 1918, calviniste et ayant migrée vers le Canada.

3; Seil Gasse, Alt Schowe, domicile de:
Johann Finitzer né en 1889 et décédé à  Schowe
Christine Finitzer née Silberhorn
Christine Finitzer née en 1908
Johann Finitzer né le 10 février 1910, décédé en Russie.
Elisabeth Finitzer née Dech le 30 octobre 1914 et décédée à Zückhut/Bamberg
Helene Finitzer née le 20 juillet 1937
Adam Finitzer né le 27 novembre 1939
Erika Finitzer née le 24 février 1943.
 
4; Debrezin Gasse 30, Neu Schowe, domicile de:
Martin Finitzer né en 1864, calviniste, décédé au Camp Jarek
Katharina Finitzer née Weinz en 1866, luthérienne, décédée au Camp Jarek.

5; Debrezin Gasse 43, Neu Schowe, domicile de:
Friedrich Finitzer né en 1909, calviniste
Elisabeth Finitzer née en 1903 décédée au Camp Krusevlje
Elisabeth Finitzer née en 1922 calviniste
Magdalena Finitzer née en 1924, calviniste
Adam Finitzer né en 1926, calviniste
Hilda Finitzer née en 1939, calviniste, décédée au camp Krusevlje
Elisabeth Finitzer née Diener en 1890, luthérienne, décédée au Camp Krusevlje.

6; Wolf Gasse (ou Schiller-Gasse) 15, Neu Schowe, domicile de:
Katharina Finitzer née Lick en 1868, luthérienne, décédée au Camp Jarek.


Mramorak, ville frontière de l'Autriche-Hongrie

A partir de 1861, la présence du patronyme Finitzer est aussi attesté dans la localité de Mramorak. Quelques 170 kilomètres la séparent de Schowe située plus au nord.  A cette époque, Mramorak est une ville d'Autriche-Hongrie qui se trouve à l'extrême sud de cet empire européen. Elle est située à l'est de la ville de Belgrade, distante de quelques 30 kilomètres, mais de l'autre côté du fleuve Danube qui fait alors fonction de frontière entre l'empire autrichien et la province ottomane de Serbie. Cette dernière contrée obtiendra son indépendance en 1878. La province de Voïvodine où sont situées Schowe et Mramorak ne sera intégrée au royaume de Serbie qu'en 1919, après la Première Guerre Mondiale. 

Les débuts de la paroisse évangélique de Mramorak datent  de 1827. Mais les premières mentions de la famille Finitzer ne remontent qu'aux années 1860.  Le 16 janvier 1861, Katharina Finitzer, âgée de 18 ans, fille de Heinrich et Elisabeth Finitzer, épouse le garde-frontière Michael Bender, âgé de 24 ans, fils de Martin Bender et de Catharina Schick.  Puis un an plus tard, le  4 mai 1862, Philipp Finitzer de Schowe, 20 ans, épouse Elisabeth Jung, 19 ans, fille de Philipp Jung et d'Elisabetha Brand de Neu-Schowe.  On connait aussi le couple du musicien Joseph Finitzer avec Elisabetha Sperzel et le couple du cordonnier Andreas Finitzer avec Katharina Spar.





 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement