finitzerfamily.wifeo.com

Le site de la famille Finitzer

Son Histoire et sa Généalogie à Alteckendorf

 
 

Les Finitzer de Dossenheim sur Zinsel.



 J’ai essayé de faire des recherches généalogiques sur la famille FINITZER plus en avant que la création de l’État Civil en 1792. Pour ce faire, j'ai consulté les registres des paroisses de Dossenheim sur Zinsel et de Neuwiller lès Saverne. Je n'ai pas étudié les documents originaux qui peuvent remonter à 1570 pour la paroisse luthérienne de Dossenheim, mais j'ai visionné leurs copies sur les microfilms mormons qui sont mis à la disposition du public par la Société d‘Histoire et d‘Archéologie de Saverne et Environs (Shase) au Centre Wollbrett, près du château des Rohan. L'étude de ces registres m'a été facilitée par une lecture préalable de la documentation publiée par le Cercle Généalogique d’Alsace (CGA). Concernant Dossenheim sur Zinsel, trois brochures existent actuellement. Pour la période prérévolutionnaire, Jean-Paul Kaminské a établie une table des Mariages des Registres Paroissiaux Protestants de Dossenheim  de 1617 à 1792. Les autres documentations sont de René Grunder sur les Mariages et les Naissances  inscrits à l’État Civil de Dossenheim de 1793 à 1933.
 
Aussi, puis-je dans les lignes suivantes exposer quelques faits et suppositions concernant la présence de la famille FINITZER à Dossenheim sur Zinsel durant les XVIII et XIXème siècles.


Johann Adam Finitzer avec son épouse Anna Maria sont les premiers membres de la famille à s’installer à Dossenheim. Johann Adam ou plus simplement Adam, exerce les professions de maçon et de tailleur de pierre. De ce couple, deux filles sont nées à Dossenheim. Le 9 novembre 1711 est baptisée Magdalena Finitzer, mais elle décèdera moins de neuf mois plus tard et sera enterrée le 21 juillet 1712. Un ans après, le 2 septembre 1713, est baptisée Maria Margaretha Finitzer. Mais il ne s’écoule que un an et demi quand, le 26 février 1715, Adam Finitzer est porté en terre. Sa veuve Anna Maria épouse le 25 mai 1717 Hans Caspar Steiner. Une quinzaine d’années se passent sans que l’on puisse trouver un acte concernant les Finitzer. Ce n’est que le 22 janvier 1732 qu’une des filles d‘Adam, Anna Maria Finitzer, épouse à Dossenheim, le valet de ferme Urs Zetti, un immigrant suisse originaire de Huttwil, bourgade située dans le canton de Berne.

Cependant, le plus ancien mariage célébré à Dossenheim concernant un Finitzer date du 17 janvier 1730. Il s’agit des noces de Nicklaus Finitzer avec Elisabetha Müller, fille de Benedict Müller journalier à la Sagmühle. Un troisième mariage, daté du 20 janvier 1733, unit Hanß Finitzer avec Anna Barbara Brunst, fille de feu Abraham Brunst de Hattmatt.

 Pour l'instant, je n'ai pas réussi à établir un lien de parenté entre Adam, Nicklaus et Hanß Finitzer. Adam Finitzer ne s’est visiblement pas marié à Dossenheim, son lieu d’origine est donc totalement inconnu. L'acte de mariage de Nicklaus n'indique ni son lieux de naissance ni le nom de ses parents. Il est simplement dit de lui qu'il est célibataire et valet de ferme. Nicklaus Finitzer est-il un fils d’Adam? A l’heure actuelle, on ne peut répondre à cette question. La seule chose de sûre est que le 7 janvier 1731, Anna Maria Finitzer, la fille d’Adam est choisie pour être la marraine de Nicklaus Finitzer, le fils aîné du couple Nicklaus et Elisabetha Finitzer.
L'acte de mariage de 1733 de Hanß Finitzer, ancêtre de tous les Finitzer actuels, est heureusement un peu moins concis, ce qui nous permet d'apprendre que son père n’est pas Adam Finitzer mais Hanß Finitzer. Il est originaire de Cosswiller et son père Hanß est déjà décédé cette année là.

 La révélation la plus intéressante de mes recherches dans les archives de la paroisse luthérienne de Dossenheim est que Adam, ainsi que Nicklaus et Hanß Finitzer sont de confession calviniste. Leurs descendants directs tout en se faisant baptiser par le pasteur luthérien local conserveront cette confession calviniste. En effet, pour tout ce qui concerne les baptêmes, mariages et enterrements de la famille Finitzer enregistré dans la paroisse luthérienne de Dossenheim, et cela de 1715 à 1786 à chaque fois apparaît la mention calv. abréviation de calviniste ou, ce qui revient au même, la mention de reformierten c'est à dire réformé. Il est à noter que la famille Finitzer n'est pas la seule famille calviniste de Dossenheim, cependant les Finitzer n'épouseront que des membres de la communauté luthérienne, mis à part Anna Maria Finitzer car Urs Zetti fut lui aussi calviniste.

Un autre fait marquant à signaler est que Nicklaus Finitzer, son épouse Elisabetha Müller ainsi que leur fils Nicklaus se sont convertis au catholicisme. L'acte d'abjuration est consigné dans les registres de l'église Saint-Adelphe de Neuwiller-lès-Saverne et date du 26 mars 1740. Au moins huit enfants sont issus de ce couple. Quatre d’entre eux ont été baptisés par le pasteur luthérien entre 1731 et 1738, mais les quatre autres apparaissent de 1740 à 1749 dans les registres catholiques de la paroisse de Neuwiller; Dossenheim étant une filiale de cette paroisse. Trois de ces enfants se sont mariés dans la religion catholique. Et, tous les trois ont perdu au cours de leur existence leur conjoint et se sont remariés, toujours dans la religion catholique. Il s’agit de Nicklaus Finitzer baptisé protestant le 6 janvier 1731, de Salomé Finitzer née en 1734 et de François Antoine Finitzer baptisé catholique le 8 octobre 1743.

Les nouveaux convertis bénéficiaient, durant trois années, d’exemption d’impôts ainsi que de l’exemption d’hébergement des gens de guerre dont les débordements étaient très redoutés par la population. Depuis que Louis XIV a conquis l’Alsace, la royauté française mène une politique de reconquête catholique pour mieux asseoir son pouvoir dans sa nouvelle province. Au cours du règne de Louis XIV, outre la Révocation de l’Édit de Nantes en 1685, différentes mesures en défaveur des protestants français sont promulguées;

1664 - obligation d'élever les enfants de père catholique et de mère protestante dans la religion catholique.
1665 - possibilité pour les garçons de 14 ans et les filles de 12 ans de se convertir au catholicisme sans l’accord des parents, l‘âge sera abaissé à 7 ans en 1681.
1669 - possibilité de se convertir à l'âge de raison.
1680 - interdiction des mariages mixtes, renouvelée en 1686.
1682 - les enfants de nouveaux convertis doivent être baptisés dans les trois jours après la première sommation.
1681 - la cathédrale de Strasbourg est rendue au culte catholique.
1682 - les bâtards sont déclarés catholiques.
1683 - les pasteurs qui reçoivent lors de leurs cultes des convertis catholiques seront sanctionnés de la confiscation de leurs biens et bannis perpétuellement hors du royaume.
1684 - introduction en Alsace du Simultaneum. Dans chaque village comptant 7 familles catholiques le chœur de l’église est rendu au culte catholique, la nef restant protestante. Un maximum de 157 villages sera concerné par cette mesure. Cette mesure entrera en vigueur à Dossenheim en 1692 et est toujours d’actualité. En 1760, on y comptera 43 familles catholiques et 80 familles protestantes.
1685 - les enfants dont le père est mort protestant et la mère est catholique sont catholiques.
1685 - les enfants de parents protestants ne peuvent avoir de tuteur protestant
.

 

Dossenheim et ses environs pendant la Grande Fuite de 1793

 Le texte qui suit a été tiré d'un site internet parlant de Weiterswiller; il nous rend compte des événements survenus en Alsace du Nord lors du second semestre de l'année 1793.

Le 23 juillet 1793, les coalisés ennemis de la France enlevèrent Mayence et prirent position le long de la Lauter. La situation aux frontières devenant critique, la Convention décréta le 23 août 1793 la levée en masse avec service militaire obligatoire. Les hommes étaient répartis en cinq classes. La première classe, celle des hommes célibataires ou veufs sans enfant, âgés de 18 à 25 ans, seule requise dans un premier temps. Après la prise de Wissembourg par les coalisés le 13 octobre, l'armée du Rhin, contrainte d'abandonner les lignes de la Lauter, se replia en désordre vers Strasbourg alors que les Autrichiens du général Wurmser et les émigrés de l'armée de Condé se dirigeaient vers Haguenau, prise le 17 octobre. Le lendemain, le général Wurmser établit son quartier général à Brumath.
L'invasion austro prussienne exacerba l'activisme et la véhémence des administrateurs jacobins du Bas-Rhin. Leurs arrêtés menaçants et leur langage outrancier installèrent un climat de terreur dans le département, terreur qu'incarnèrent aux yeux de la population effrayée les représentants en mission Baudot, Lacoste, Saint-Just et Le Bas, mais surtout l'accusateur public Euloge Schneider qui pendant plusieurs semaines se déplaça de village en village, accompagné de la guillotine, érigeant l'excès et l'arbitraire en règle de conduite ordinaire.
Les troupes françaises protégeaient la route de Saverne à Strasbourg et défendaient les voies d'accès à la Lorraine (La Petite Pierre, Lichtenberg, Baerenthal).
A partir du 20 octobre, les troupes autrichiennes du général Hotze lancèrent une offensive dans le but de contrôler Saverne et d'isoler ainsi l'Armée du Rhin de celle de la Moselle. Bouxwiller, Neuwiller, Dossenheim et Steinbourg furent prises sans grande difficulté.
Pendant ce temps, les troupes de Condé occupaient Hochfelden et Mommenheim tandis que les Prussiens du duc de Brunswick, face aux passages vers La Petite Pierre et Lichtenberg, se bornaient à des opérations de reconnaissance et d'intimidation.
La redoute située sur une hauteur vers Obersoultzbach ne pouvait pas protéger Weiterswiller de l'incursion des coalisés. Ce sont sans doute les prussiens de Brunswick qui sont entrés dans le village le 20 ou le 21 octobre et l'ont ensuite occupé.
Le 22 octobre, à partir de Dossenheim et Steinbourg, Hotze lança une attaque vers Saint Jean lès Saverne, repoussée victorieusement par les troupes du commandant Oudinot. Le lendemain, les Autrichiens franchirent la Zorn et se présentèrent devant Saverne.
De violents affrontements à la baïonnette se déroulèrent dans le parc du château, à l'issue desquels les Français, renforcés par six bataillons de l'armée de Moselle descendus du col de Saverne sous le commandement du général Burcy, regagnèrent une partie du terrain perdu.
Pendant les combats la pluie s'installa, ralentissant les opérations militaires. Les Français ne prirent pas le risque d'une bataille décisive et les Autrichiens, retirés sur le Bastberg hésitaient à se replier sur la Moder.
Réorganisées pendant ce répit, les armées du Rhin et de la Moselle désormais placées sous le commandement unique de Hoche lancèrent une contre-offensive à la mi-novembre.
Accompagnant la contre-offensive des Français et le reflux des coalisés, la rumeur de représailles contre ceux qui avaient hébergé des Autrichiens ou des Prussiens se répandit dans la région et la peur s'empara de ceux qui pouvaient être suspectés d'hostilité à la République ou de simple tiédeur républicaine. Beaucoup ne virent de salut que dans la fuite.
Selon un témoin «  au moment où les troupes françaises s'étaient rapprochées de Bouxwiller [...] dès le 19 novembre, plus de cinq cents personnes évacuèrent précipitamment l'ancienne capitale des comtes de Hanau Lichtenberg». Il ajoute: « l'armée impériale semblait ne plus être là que pour servir d'escorte à tout un peuple en migration ... Même les affûts des canons étaient occupés par des femmes, et l'on voyait des enfants et des dames dans les fourgons à bagages des officiers».

Nicolas Finitzer, né en 1731 et son fils André Finitzer, né en 1760, tous deux catholiques, furent de ces fuyards. Anne Marie Stinus et Anne Marie Richert, leurs épouses respectives restèrent à Dossenheim. Mais le 5 Messidor An II ou 23 juin 1794, en représailles, les autorités révolutionnaires prononcèrent le divorce de ces couples. Anne Marie Richert, alors âgée de 31 ans se mis en couple avec Pierre Delat, un volontaire du 176ème bataillon. Le 16 août 1797, un fils lui aussi dénommé Pierre Delat leur vint au monde. Mais le 13 avril 1799, André et Anne Marie Finitzer sont de nouveau en couple et déclarent la naissance d’une fille prénommée Catherine.
 Le travail de Alain Klein « Almanach des grognards rhénan, année 2009, tome 1, page 60 sous Finstzer Martin » nous apprend qu’un fils d’André et Anne Marie Finitzer est un conscrit de 1812 du canton de La Petite Pierre. Martin Finitzer, journalier, né le 30 juillet 1792 entre au service le 10 février 1813 en tant que soldat sous le matricule n° 2035 à la compagnie de dépôt du 1er bataillon principal du train d'artillerie puis à la 2ème compagnie de ce bataillon. Il entre à l'hôpital et est rayé des contrôles le 1er août 1813. Il mesure 1,63 m, il a les cheveux et les sourcils blonds, les yeux bleus, le front large, le nez gros, la bouche grande, le menton long et le visage large. Il n’aura été au service de Napoléon Ier que durant six mois.

 

Descendance de Hanß Finitzer et de Barbara Brunst


Hanß Finitzer est né dans les derniers mois de l'année 1708. Son père se prénommait lui aussi Hanß et habitait le village de Cosswiller. 
Hanß Finitzer le jeune, exerce à Dossenheim les professions de journalier et de bûcheron. Ne sachant pas écrire, il signe les actes de baptême et de sépulture de ses enfants par une simple croix. Entre 1733 et 1751, Anna Barbara Brunst, lui donnera une dizaine d'enfants. Six d'entre-eux décèderont avant leurs quatre ans et seulement quatre garçons parviendront à l'âge adulte.

Mariage de Hans Finitzer avec Barbara Brunst
Document: Acte de mariage de Hans Finitzer avec Barbara Brunst

Anna Barbara Brunst, décède à sept semaines de ses 70 ans. Elle est portée en terre le 23 janvier 1776. Trois ans plus tard, le 11 mai 1779, Hanß Finitzer la suit dans la tombe à l’âge de 70 ans, cinq mois et cinq jours.

acte de sepulture  de Johannes Finitzer en 1779
Document: Acte de Sépulture de Johannes (Hanß) Finitzer

1 et 2°)  Le 19 juin 1734, sont baptisés les jumeaux Johannes et Jacob Finitzer. Ils seront tous deux portés en terre dès le 21 juin suivant. il n'y a qu'un seul acte de baptême et qu'un seul acte de sépulture pour ces deux frères. 

3°)   Le 8 juin 1735 est baptisée Maria Barbara Finitzer. Elle sera enterrée le 19 janvier 1738 

4°)   Le 26 décembre 1737 est baptisée Maria Elisabetha Finitzer. Elle décède à l'âge de 3 ans et 9 mois et sera enterrée le 18 septembre 1741.

5°)   Johann Peter Finitzer, est né en février 1740. Son acte de baptême du 23 février 1740 est difficile à lire car l'encre servant à le rédiger, trop liquide, s'est étalée sur le papier.
 
Acte de Baptême de Johann Peter Finitzer
Document: Acte de Baptême de Johann Peter Finitzer

Tout comme son père, il est calviniste, journalier et illettré. Le 19 janvier 1762, il épouse Maria Catharina Glassmann, une des fille de Nicklaus Glassmann.

Mariage Finitzer en 1762
Document: Acte de mariage de Johann Peter Finitzer avec Maria Catharina Glassmann

Au sein de ce foyer, au moins six garçons verront le jour. J'ignore tout du sort de trois de leurs fils, mais un quatrième décède une semaine après sa naissance. Les vies de l'aîné et du benjamin nous sont mieux renseignées. L'aîné, Johannes Finitzer, est né le 6 juillet 1762. Il fut baptisé deux jours plus tard. Il s'installera à Issenhausen vers 1793. Le benjamin, prénommé Valentin, est né le 24 juillet 1778. Il fondera sa famille à Wasselonne.
 En septembre 1785, la marque de Johann Peter est apposée, en tant que témoins, sur l'acte de sépulture de son frère Johannes. Une douzaine d'années plus tard, le 3 janvier 1797, Johann Peter est témoins au mariage civil de son neveu Johann Georg Finitzer, fils de ce même frère, après avoir déclaré le 10 Vendémiaire an VI (1er janvier 1797) le décès de son épouse Maria Catharina, décédée après 35 années de mariage. Johann Peter décède le 15 Vendémiaire de l’An VIII de la République ou 7 octobre 1799, à l'âge de 59 ans. Le déclarant est son fils Peter Finitzer qui a cette année-là trente ans. Ce fils serait donc né vers 1769, mais il n’y aucune trace de son baptême à Dossenheim. Faut-il conclure que ses parents ne vivaient pas à Dossenheim en 1769 ? La seule chose que l’on puisse dire est qu’entre 1764 et 1771 le couple ne fait baptiser aucun enfant à Dossenheim. 

Acte de décès de Peter Finitzer
Document: Acte de décès de Johann Peter Finitzer
 
6°)  Johann Jacob Finitzer a été baptisé le 8 avril 1743. Comme son père, ce journalier calviniste ne sait pas écrire. Il épouse le 9 octobre 1765 Maria Elisabetha Weiser, qui lui donnera huit enfants; quatre garçons et quatre filles. Il est déjà décédé quand le 18 juillet 1797 sa fille Maria Magdalena Finitzer, née le 19 juin 1771 épouse à Dossenheim, Michel Voeckler de Dettwiller.
 Au bas de l’acte de mariage de Johann Jacob Finitzer, le pasteur J.H. Jung de Dossenheim a inscrit cette remarque acerbe: « Le ci-devant Jacob Finitzer n‘a pas seulement engrossé en dehors des liens du mariage Maria Elisabetha Weiser, mais il a en plus fait méchamment durer son méfait jusqu‘à la naissance de l‘enfant, lequel a dû être baptisé catholique; s‘est mieux conduit en avouant le tout et en se laissant lier par le mariage». En consultant les registres catholiques, on trouve en effet pour le 24 juin 1765 le baptême de Johannes Jacob Finitzer, fils adultérin de ce couple. Cet enfant fut présentée par la sage-femme Marie Elisabeth Lettermann à François Antoine Klein, curé de Neuwiller. Le parrain est Michael Decker et la marraine Anna Maria Fridmann, fille de Johannes  Fridmann. A cette époque, la sage-femme devait questionner toute mère célibataire pour obtenir le nom du père de l’enfant. De plus, tout  enfant illégitime devait être baptisé catholique même si ses parents ne l’étaient pas. Les sept autres enfants du couple furent tous baptisés par le pasteur luthérien. 

Mariage Finitzer de 1765
Document: Acte de Mariage de Jacob Finitzer et Maria Elisabetha Weiser

7°) Johann Georg Finitzer a été baptisé le 15 mars 1745 à Dossenheim. Le 10 novembre 1767, il épouse à Neuwiller la luthérienne  Catharina Haller, fille de Rudolph Haller. Il exercera la profession de berger à la Zeller Sagmühle.

mariage à Neuwiller en 1767
Document: Acte de Mariage  de Johann Georg Finitzer et Catharina Haller
 
8°) Johannes Finitzer est né le 25 mars 1747. Son baptême est célébré deux jours plus tard. Il épouse le 25 novembre 1766 Elisabeth Scheer, fille de Jacob Scheer. Cette dernière décèdera peu de mois plus tard, et sera portée en terre le 20 septembre 1768. Dès le 22 novembre 1768, Johannes épouse Anna Barbara Glassmann, une fille de Nicklaus Glassmann. Le couple aura trois filles et un garçon.
Johann Finitzer est décédé tragiquement en 1785. Les circonstances de la découverte de son corps sont relatées dans son acte de sépulture par le pasteur H. Jung; ci-après traduit en français: 
 "Le 11 septembre dimanche soir à 5 heures, fut porté en terre Johannes Finitzer, bourgeois et bûcheron d'ici, de religion réformée, à l'âge de 38 ans et 6 mois. On le trouva dans la vallée, entre les deux scieries sur la dénommée neuen Matt, unten am Duhnen Thal, sur le territoire d'une fondation cléricale de Neuwiller, battu à mort par une main inconnue. Après constatation par Monsieur le Bailli de la Fondation Monsieur le Docteur Weyland, des personnes calmes et courageuses portèrent la dépouille au village, sur cela moi le pasteur, j'en référai personnellement et oralement à Monsieur le Bailli de la Fondation Monsieur Lallemand. L'enterrement ne commença pas sans une permission écrite de Monsieur Knepffler, notre Bailli."
Cinq mois plus tard, lorsque ce même pasteur porta en terre Maria Margaretha Finitzer, la fillette de trois ans de Johannes,  il  mentionne le fait que son père fut assassiné il y a peu de temps.
Sa veuve, Maria Barbara Glassmann s'est remariée le 27 janvier 1789 avec le veuf Johann Hertig aussi appelé Joël Hertzog.

acte de mariage de johannes Finitzer avec Scheer
Document: Acte de Mariage de Johannes Finitzer avec Elisabeth Scheer


Mariage de Johannes Finitzer avec Anna Barbara Glassmann
Document: Acte de Mariage de Jonannes Finitzer avec Anna Barbara Glassmann

Acte de sépulture de Johannes Finitzer
Document: Acte de sépulture de Johannes Finitzer.  


9°)   Johann Michael Finitzer est né le 20 mai 1749, son baptême a lieu un jour plus tard. Il est enterré le 7 avril 1750

10°)  Joseph Finitzer est né le 4 mars 1751 et, il est porté en terre le 25 janvier 1754.




  





Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement