finitzerfamily.wifeo.com

Le site de la famille Finitzer

Son Histoire et sa Généalogie à Alteckendorf

 

 
 

Jacques Finitzer (1841-1926) achète une ferme


 Jacques Finitzer est né à Alteckendorf le 21 juillet 1841. Ses parents sont Georges Finitzer d'Issenhausen et Marguerite Kuntz d'Alteckendorf. A partir du 1er juin 1869, cet agriculteur se constitue une exploitation agricole, d'abord avec l'aide de sa mère Marguerite Kuntz puis à partir de 1872 avec son épouse Marie Catherine Burger de Kirrwiller. Cette exploitation agricole sera par la suite transmise à son fils Georges Finitzer (1881-1965) puis à son petit-fils Georges Finitzer (1909-1984).



1°) Le règlement de la succession de Georges Finitzer (1804-1858)


En 1865, Marguerite Kuntz, en vue du mariage de son fils ainé Georges Finitzer (1838-1911) avec Anne Lentz de Ringendorf, règle la succession de son mari Georges Finitzer décédé le 19 mars 1858. Les documents originaux  sont peut être définitivement perdus. Ils ne sont en effets ni répertoriés dans les Archives Départementales de Strasbourg, ni dans les archives du notaire de Hochfelden. Il s'agit du "Partage sans soulte des immeubles dépendant de la communauté entre Georges Finitzer cultivateur à Alteckendorf, décédé le 19 mars 1858 et Marguerite Kuntz veuve, et de la succession du premier" et du contrat de mariage de Georges Finitzer (1838-1911). Ces deux documents sont datés du 16 décembre 1865. Il existe cependant un résumé de ces deux actes dans les registres du bureau d’enregistrement de Hochfelden du  26 décembre 1865 qui eux sont heureusement conservés aux archives départementales.

Jacques Finitzer, second fils de Marguerite Kuntz reçoit en héritage une dizaine de parcelles de terrains agricoles pour une superficie d'un peu moins de 90 ares ainsi que la somme de 1000 francs que lui doit son frère sur la maison parentale. Il s'agit de la maison que Jacques Kuntz et  Marguerite Riehl ont donné à leur fille Marguerite Kuntz en 1831.
  Le résumé de ces deux actes sont données dans les lignes suivantes:

Lot de Georges Finitzer fils, cultivateur au dit lieu:
12 ares, terre, ban de Bossendorf, im Katzenlauf
10 ares, terre, ban de Schwindratzheim, im Gundershausen
8 ares , terre, ban d’Alteckendorf, im Kritt
10 ares, terre, même ban, in der Schweinbach
12 ares, terre, ban de Schwindratzheim, im Gundershausen
9 ares, terre, même ban, auf den (…)weg
10 ares, terre, même ban, im Lemberg
12 ares, terre, (même)(ban) im Katzenlauf, ban Bossendorf
2.50 de vignes, ban d’Alteckendorf, in den Brechm
4.65 broussailles ban Schwindratzheim im Eschbach 

Lot de Jacques Finitzer, cultivateur au dit lieu:
12 ares, terre, ban de Bossendorf, im Katzenlauf
12 ares terre, même ban et canton
8 ares, terre, ban de Schwindratzheim, im Gundershausen
8 ares terre, même ban, im Griensrieth
12 ares, terre, même ban, im ???
12 ares, terre, même ban , im Gundershausen auf den Boesch
4.65 broussailles, même ban, im Eschbach
8 ares, terre, ban d’Alteckendorf, im Kritt
10 ares, terre, même ban, im Saal
2.50 vigne, même ban, in den Baechen
La veuve reçoit tous les autres immeubles de la communauté tels qu’ils sont décrits dans la déclaration de succession du 12 avril 1858.

Contrat de mariage du 26 décembre 1865
Sous le régime de la communauté réduites aux acquêts entre George Finitzer, laboureur à Alteckendorf, majeur de feu George Finitzer, laboureur et de Marguerite Kuntz, sa veuve, au dit lieu.
Et Anne Lentz, en condition au dit lieu, majeure, de feu George Lentz, laboureur et de Catherine Wendling, décédés à Ringendorf.
Donation au futur par sa mère, par préciput d’une maison avec cour, grange, écuries, maison, jardin, verger et potager, à Alteckendorf avec le mobilier y attaché sous réserve de divers droits d’usage et d’habitation pour la donatrice et son autre fils Jacques Finitzer et à charge pour le donataire de décompter 2600 francs, dont il gardera 1000 francs à titre de don successoral et il paiera le reste à la donatrice qui en destine 1000 francs à son fils Jacques.
Donation par le futur à la future, si elle survit, des biens ci-dessus pour 2600 francs. Le futur apporte en outre des immeubles à lui échus par partage enregistré ci-dessus.
La future apporte des immeubles décrits dans un partage reçu par maître Roth le 4 février 1859, 1400 francs avec numéraire et créances et du mobilier non estimé.
Donation par le futur à la future si elle survit de l’usufruit de 10 ares de terre, ban de Schwindratzheim im Gundershausen. Et par la future au futur de la jouissance du lit nuptial pendant sa viduité.    



2°) Le plan cadastral, hier et aujourd'hui 

Le document ci-dessous est extrait du plan cadastral informatisé tiré du site internet "cadastre.gouv.fr". Il nous montre le plan de la propriété de Jacques Finitzer telle qu'elle est aujourd'hui.

  La propriété se trouve sur la parcelle "Section 5 numéro 23 du ban d'Alteckendorf, village n°64".  Avant le remembrement de 1958 cette unique parcelle de 22,10 ares était constituée par trois parcelles plus petites. A savoir, les parcelles In den Laubweg, section E n° 245, 244 et 243. Les parcelles n° 245 et n° 244 avaient une superficie de 7,85 ares et la parcelle n° 243 une superficie de 7,50 ares soit une superficie totale de 23,20 ares pour l'ensemble.  

3°) Historique du Laubweg, chemin vicinal devenu Rue Principale

Laubweg est un mot allemand composé des mots "die Laube" et "der Weg" et signifie en français "le chemin de la tonnelle". Le Laubweg doit son nom à un bosquet appelé "die Laube" qui se trouvait à mi-chemin des villages d'Oberaltdorf et d'Eckendorf.
Alteckendorf est un village situé dans l'Arrière-Kochersberg
et faisait jadis partie du baillage de Pfaffenhoffen du Comté de Hanau-Lichtenberg. L'actuel village est le résultat de la longue fusion des communautés villageoises d'Oberaltdorf et d'Eckendorf. Primitivement filiales de la paroisse de Minversheim, ces deux villages forment en 1474 une paroisse autonome, d'abord catholique puis luthérienne à partir de 1545. En 1577, les villages ont un sceau en commun. Ce dernier représente Saint Martin coupant son manteau pour en offrir la moitié à un pauvre. En 1662 est rédigé un unique "Bannbuch" pour Eckendorf et Altdorf. Il s'agit d'un terrier qui recense tous les propriétaires fonciers de ces deux localités. La fusion est définitivement entérinée en l'an 1777 lors d'une fête qui s'est tenue à mi-chemin des deux villages près du bosquet "die Laube".  Cependant, le plan cadastral de 1828 montre encore deux villages bien distinct reliés entre eux par le Laubweg. À partir de cette époque, des constructions voient le jour le long de ce chemin et, au début du XXe siècle, cette zone est entièrement urbanisée. Durant la période de l'annexion de l'Alsace au Deuxième Reich Allemand (1871-1918), le Laubweg est devenu la Dorfgasse et de nos jours, la Rue Principale. Une des première construction à voir le jour le long de ce Laubweg fut en 1835 la maison d'école à l'emplacement exact du bosquet. En 1865, l'école étant devenue trop petite, la municipalité décide la construction d'un second bâtiment devant servir d'école pour les filles.

les écoles primaires d`Alteckendorf dans les années 1980
Document: photographie des bâtiments scolaires d'Alteckendorf vers la fin des années 1980. Le bâtiment de droite construit en 1835 n'existe plus aujourd'hui, remplacé en l'an 2000 par une construction plus moderne mais située plus en retrait de la rue. Le bâtiment de gauche, construit vers 1865 existe toujours mais n'est plus destiné à l'enseignement primaire. A l'extrême gauche de cette photographie on devine l'écurie de la ferme Finitzer.

 

4°) Historique de la ferme de Jacques Finitzer.

Les plus anciens bâtiments furent construits en 1863 par Anne Gebhardt et par sa fille elle aussi dénommée Anne Gebhardt. Ils se situent sur les anciennes parcelles "Im Laubweg" Section E n° 245 et la partie haute de la section E n° 244.
 Le plan de cette exploitation agricole est typique des fermes alsaciennes tenues par de modestes journaliers. La propriété s'articule en U autour d'une petite cour carrée donnant sur la rue mais fermée par un portail. A gauche de la cour se tient un logement à un seul niveau. La pièce principale est la "Stube" qui tient lieu de séjour et de chambre à coucher. Au fond de la cour est construit la grange et à droite est édifiée une étable à deux niveaux. Le rez de chaussé est destiné aux bestiaux et l'étage sert au stockage du fourrage.

 
Anne Gebhardt la mère, est née à Alteckendorf le 30 décembre 1802. Elle est propriétaire en indivision des bâtiments qu'elle a fait construire avec sa fille Anne Gebhardt née en dehors des liens du mariage à Alteckendorf le 18 juillet 1830. La fille épouse à Printzheim, le 15 décembre 1864, le veuf Michel Muller né le 16 août 1819 à Printzheim. 

  La parcelle n° 244 fut acquise par Anne Gebhardt, mère, par une vente sous seing privé enregistrée à Hochfelden le 7 juillet 1852. Ce pré a une surface totale de 7,85 ares mais Anne Gebhardt n'en achète que 3 ares pour une somme payée comptant de 160 francs. La partie achetée est située le long du Laubweg. Les vendeurs sont Sophie Wolff, née à Alteckendorf le 30 janvier 1805 et veuve de  Michel Schleifer (1806-1840) et sa fille
Marguerite Schleifer, née à Alteckendorf le 3 octobre 1835.
La parcelle n° 245 fut achetée par Anne Gebhardt, fille, par une vente sous seing privé enregistré à Saverne le 24 mars 1862. 

Le premier juin 1869, Anne Gebhard (épouse Michel Muller) et Anna Gebhard la mère de cette dernière, vendent à Jacques Finitzer, alors encore célibataire, la ferme que mère et fille ont fait construire en 1863. Les lignes suivantes reproduisent le termes de cette vente sous seing privé, enregistré à Saverne le 8 juin 1869: 

Le 8 juin 1869 enregistré en acte sous seing privé du premier juin 1869

Vente dont teneur suit.

L’an mil huit cent soixante neuf, le premier jour du mois de juin, les soussigné Muller Michel le premier, cultivateur et sa femme Gebhart Anne duement assisté et autorisé par son mari avec lequel elle demeure à Printzheim.

Lesquels déclarent avec Gebhard Anne, mère de la femme Muller ci dessus dénommée, également domiciliée à Printzheim; en s’obligeant réciproquement, avoir vendu, cédé et abandonné en toute propriété avec garantie solidaire de fait et de droit, contre tous troubles, évictions, dettes et hypothèques et autres empêchements généralement quelconques sur les articles ci après désignés, au sieur Finitzer Jacques, célibataire, majeur d’ans demeurant à Alteckendorf acquéreur à ce présent et acceptant; savoir:

Article 1: Section E n° 245 du plan. Environ sept ares quatre vingt cinq centiares de pré au ban d’Alt-Eckendorf, canton « auf dem Laubweg », d’un coté la maison d’école de l’autre Gebhard Anna, mère, en haut la route, en bas fossé.

Article 2: Section E n° 244 du plan, Environ trois ares de pré, au même ban et canton que l’article 1 (omission probable du rédacteur) de l’autre Monsieur Zwilling Geoffroi, en haut la route en bas le fossé.

Article 3: Maison, grange et dépendances se trouvant sur l’article deux et en partie sur l’article un. Tels que les dits articles se trouvent entre ses limites sans en rien excepter, ni réserver mais sans garantie de la contenance ci-dessus dont le plus et le moins tournera au profit ou à la perte de l’acquéreur.

Les vendeurs ont déclaré être devenu propriétaires des immeubles vendus par suite, savoir l’article premier est devenu la propriété de la femme Muller par un acte de vente enregistré à Saverne le 24 mars 1862. L’article deux est devenu la propriété de Gebhard Anne, mère de la femme Muller par un acte de vente enregistré à Hochfelden le 7 juillet 1852. L’article trois est la propriété indivise de la nommée Gebhard Anne et de la femme Muller qui ont fait construire les bâtiments sur mentionnés sur les articles 1 et deux.

La présente vente est faite pour et moyennant le prix et la somme de deux mille francs que l’acquéreur engage sous la garantie solidaire de Marguerite Kuntz veuve de Finitzer Georges domiciliée à Alt Eckendorff ci présente et consentante, à payer cinq termes égaux de trois cent francs chacun avec les intérêts légaux à partir de la date de la présente, le premier terme le premier juin 1870 et les quatre autres chaque fois d’année en année à la même date.

Les vendeurs reconnaissent avoir reçu du dit acquéreur les cinq cents francs, argent comptant, et qu’ils mettent à partir du jour, auquel il aura payé le dernier terme, en pleine, réelle, paisible possession et jouissance des articles à lui vendus, pour qu’il puisse alors faire et disposer comme des choses à lui appartenantes, à charge par lui d’en acquitter à partir d’aujourd’hui les impôts publics.

Fait double à Printzheim, le jour, mois, et an que dessus.

 

Le 16 janvier 1872, Jacques Finitzer en vu de son mariage avec Marie-Catherine Burger de Kirrwiller fait établir par le notaire de Bouxwiller, Maître Ehrmann, un contrat de mariage où cette acquisition est rapelée. Ainsi, le futur époux déclare dans l'article 3 de ce contrat : "qu’au terme d’une vente sous seing privé en date du 1er Juin 1869; enregistré à Saverne, le 8 Juin 1869, (...) il est propriétaire; savoir:

Une maison d’habitation avec cour, grange, étable, jardin potager et prairie, droit, appartenance et dépendances, le tout situé à Alteckendorf, d’une contenance superficielle de 10 ares 85 centiares et portant les numéros 244 et 245 de la Section E du plan cadastral, et tenant d’un côté à la propriété de Anne Gebhardt femme de Michel Müller de Printzheim, de l’autre à la maison d’école et d’une propriété du futur époux et que celui-ci a acquise du Sieur Geoffroi Zwilling; par le haut à la Route et par le bas à un fossé.

Avec tout ce que dans cette propriété est attaché à chaux, à clous et à chevilles et est d’après la loi de nature immobilière plus un fourneau en fonte de fer, non muré."

Dans l'article 7: Il déclare que ses apports sont chargés du passif suivant; savoir: Il déclare devoir:

I. Au sieur Michel Müller de Printzheim, une somme de 1200 francs, pour solde du prix d’acquisition de la maison et dépendances, mentionnée en l’article trois ci avant. Devait de cette somme du 1er Juin 1871.

II. Une somme de 200 francs pour solde des frais de construction d’une étable ajouté par le futur époux à la maison sus décrite

L’article 2 du contrat de mariage du 26 mars 1907 de Georges Finitzer, le plus jeune fils de Jacques Finitzer et Marie Catherine Burger, nous rapelle les modalités de cet achat: 

Commune d’Alteckendorf

Section E n° 243 In dem Laubweg 7.50 ares de pré

n° 244p 3.00 ares de bâtiment

n° 244p 4.85 ares de pré

n° 245 7.85 ares de pré

Surface totale de 23,20 ares. 

Une ferme (…) sise au numéro 88 de la Dorfgasse, entre d’un côté la maison d’école, de l’autre la propriété de Luc Rohr. 

Origine de la propriété

La surface n° 244p de 4,85 ares a été achetée par les donateurs (Jacques et Marie Catherine Finitzer) à Michel Kieffer, cultivateur à Alteckendorf le 7 Mars 1872 devant le Notaire de Hochfelden.

Tout le reste est le bien personnel de Monsieur Jacques Finitzer, ainsi;

La Section n° 243 a été achetée à l’instituteur d’Alteckendorf Gottfried ZWILLING, enregistré à Hochfelden, le 22 Février 1870.

Le reste (les surfaces n° 244p de 3,00 ares et n° 245 de 7,85 ares de pré) a été acheté le 8 Juin 1869. 

Les contrats de mariages de 1872 et de 1907, nous indiquent donc que l'acquisition du 1er juin 1869 fut complétée par l'achat de la parcelle de 7,50 ares sise en section E n° 243 au moyen d'une vente sous seing privé datée du 9 décembre 1869 et enregistrée à Hochfelden le 22 février 1870. Les vendeurs sont l'institueur d'Alteckendorf
Jean Geoffroi Zwilling et sa femme Wilhelmine Schneider, fille et soeur des pasteurs Frédéric Christian et Charles Guillaume Schneider d'Alteckendorf. Les détails de cette vente sont à lire dans la transcription suivante: 

Nous soussigné Zwilling Jean Geoffroi, instituteur et Schneider Wilhelmine conjoints domiciliés à Alteckendorf, la femme à ce dûment autorisé par son mari reconnaissons et déclarons par la présente avoir vendu et abandonné en toute propriété avec garantie solidaire de tous troubles, dettes, hypothèques ou autres empêchements quelconques au sieur Finitzer Jacques cultivateur domicilié au dit Alt Eckendorf, à ce présent et acceptant: section E n°243 environ sept ares cinquante centiares de pré sis au ban d’AltEckendorf au canton dit Im Laubweg, d’un côté Jacob Jean de l’autre l’acquéreur lui-même par en haut le chemin vicinal par en bas le fossé dit Landgraben ainsi que le dit pré se trouve et se contient sur les lieux sans garantie de la contenance indiquée le plus ou le moins devant être au profit ou à la perte de l’acquéreur. Les vendeurs déclarent être devenus propriétaires du pré en question pour l’avoir acquis du sieur Coef Théodore de Brumath suivant vente sous seing privé enregistré à Hochfelden le 2 juillet 1844. La présent vente  a été faite pour et moyennant la somme de trois cent quarante francs, laquelle somme l’acquéreur s’oblige à payer en trois termes annuels et égaux, le premier terme échéant à Noël 1874, le deuxième le même jour de l’année 1875 et le dernier le même jour de l’année 1876 avec les intérêts légaux de 5% à dater de ce jour au moyen de quoi l’acquéreur est mis en paisible possession du pré vendu pour par lui en user et disposer en toute propriété et comme bon lui semblera à charge par lui d’en payer désormais les impositions de toute nature ainsi que la rente foncière de deux francs soixante quinze centimes dont le lieu vendu est grevé au profit de la commune d’Alt Eckendorf.
 Fait double à Alt Eckendorf et entreprit le 9 décembre 1869.


Le 21 février 1872, Jacques Finitzer achete le deuxième morceau de la parcelle centrale Section E n°244 à Michel Kieffer, cultivateur à Alteckendorf pour la sommme totale de 400 francs. Vingt francs sont payés de suite et le reliquat de 380 francs doit être règlé en trois échéances annuelles.



5°) Liste des propriétaires successifs de la propriété


parcelle section E n° 243:
Avant le 2 juillet 1844: Théodore Coeff de Brumath
Du 2 juillet 1844 au  9 décembre 1869: Geoffroi Zwilling et son épouse Wilhelmine Schneider.
Du 9 décembre 1869 au 29 juin 1911: Jacques Finitzer. Pour une somme de 340 francs

parcelle section E n°244, partie haute:
Avant le 7 juillet 1852: Sophie Wolff et sa fille Marguerite Schleifer d'Alteckendorf.
Du 7 juillet 1852 au 1er juin 1869: Anne Gebhardt, mère.
Du 1er juin 1869 au 29 juin 1911: Jacques Finitzer. 
 Pour une somme de 2000 francs.                                                        

parcelle section E n°244, partie basse:
Avant le 21 février 1872: Michel Kieffer d'Alteckendorf
du 21 février 1872 à 29 juin 1911: Jacques Finitzer Pour une somme de 400 francs.

parcelle section E n°245:
Avant le 24 mars 1862: inconnu
Du 24 mars 1862 au 1er juin 1869: Anne Gebhardt, fille
Du 1er juin 1869 au 29 juin 1911: Jacques Finitzer.

l'ensemble des parcelles:
La propriété est constituée en 1872. Jacques Finitzer a déboursé pour un montant de 2740 francs hors intérêts. En 1907, sa valeur est estimée à 3200 marks.

Du 29 juin 1911 à l'année 1936: Georges Finitzer (1881-1965). Dans l'article deux de son contrat de mariage du 26 mars 1907, il est indiqué que ses parents Jacques Finitzer et son épouse Marie Catherine Burger lui font donation de la propriété mais qu'ils en restent les propriétaires jusqu'au 29 juin 1911. Jacques Finitzer est donc resté propriétaire de sa ferme durant 42 années et son fils Georges durant 25 années.
De Noël 1936 au 3 février 1972: Georges Finitzer (1909-1984) soit 36 années. 
A partir du 3 février 1972: Pierre Finitzer soit 37 années.  

 



6°) Photographies de la propriété

 

A) Le Logis 

 Cette prise de vue présente, côté cour, la plus ancienne partie du logis qui remonte à la deuxième moitié du XIXème siècle. On y trouve, une cave appelée "D' klein Kaller", un étage qui jusqu'en 2006 ne comportait qu'une pièce; à savoir une cuisine appellée "D' alt Keche" avec au-dessus, un grenier aussi appelé "D' klein Kôscht ". Le logis est séparé du garage (autrefois de la grange) par un passage appelé en alsacien "D' Schlopf"
 Devant le logis, on remarque un abreuvoir qui comporte, inscrit dans un cartouche, la date probable de la construction de la maison, à savoir  1863 et les lettres A.G. qui correspondent aux initiales de ses constructeurs; Anna Gebhardt mère et fille. On peut voir ci-dessous ce cartouche. 

 

A partir de 1872, Marguerite Kuntz (1803-1887) obtient par l'article 4 du contrat de mariage de son fils Jacques Finitzer le droit d'habiter dans cette partie du logis.

" le droit à habitation suivant dans la maison d’habitation mentionné en l’article trois qui précède; savoir: Le droit d’habiter toute sa vie, la chambre à droite en entrant dans la maison avec la jouissance viagère de la place qui au grenier se trouve directement et immédiatement au-dessus de cette chambre, plus la cave au-dessous de la même chambre avec le droit durant le même temps de cuire ses aliments et son pain dans la cuisine et d’y faire sa lessive. Ce droit sera franc d’impôts et la donatrice aura tous les droits de passage nécessaire à son exercice."

 

 Vue arrière de l'ancien logis. Le petit toit, sous la cheminée abrite aujourd'hui les toilettes du rez de chaussée. Mais autrefois, jusqu'au début des années 1970, se situait à cet endroit le four à pain. Finitzer Jacques et sa femme Marie Catherine obtiennent en mars 1907, par le contrat de mariage de leur fils Georges "Le droit d’élever des oies et pour ce faire, le droit d’utiliser la volière qui est sous le four à pain." La porte peinte en rouge ferme le passage "D' Schlopf", tandis que la porte brune, avec une pièce de tôle par devant, permet d'accéder à la grande cave aussi appellée "D' gross Kaller". Cette cave se situe sous la partie du logis qui a été rajouté à l'ancienne construction à la fin du XIXème siècle par Finitzer Jacques (1841-1926).

 La photographie suivante présente vers l'année 1955 le logis construit par Jacques Finitzer à la fin du XIXème siècle. Le financement de cette construction a peut être été assuré par la vente des lopins de terre qu'il a hérité de sa mère Marguerite Kuntz après le décès de cette dernière survenu le 3 mai 1887. 

 

Le même logis quatre décennies plus tard, vers l'an 2000.


 Ci-dessous, vue actuelle de la partie du logis surajouté à l'ancien batis à la fin du XIXème siècle, côté cour.

 

B) Les dépendances

a)_l'étable.

 

Ci-dessus, vue générale de la plus ancienne partie de l'étable. Le préau a cependant été surajouté au batiment d'origine par Jacques Finitzer vers 1870. La charpente de la toiture de ce préau et le pilier qui soutient le tout ne sont plus ceux d'origine. La réhabilitation a été effectuée par Georges Finitzer (1909-1984) dans les années suivant la Seconde Guerre Mondiale. Ci-après deux autres photographies de l'étable; côté gauche puis côté droit.

 

 

 



Sur la photo ci-dessus on peut voir la partie de la cour où se dressait jusqu'en 1983 la grange dont la démolition a été décidée par Pierre Finitzer. Le pavage au motif en "feuilles de vigne" date de 1990. Sur la photographie suivante, on aperçoit l'arrière de ce même bâtiment. Cette partie a été construite par Jacques Finitzer vers 1870. Dans les parties supérieures était stocké le fourrage pour les bestiaux. Au rez de chaussée se situait une porcherie. 

  



b)_L'ancien séchoir à tabac
 

Ce batiment a été construit au tournant des années 1954-1955 par Georges Finitzer (1909-1984). Son financement a peut-être été assuré par la vente de lopins de terre hérités par son épouse Caroline Geyer (1914- 1992) après le décès en 1953 de Thiébaut Geyer; le père de Caroline.


 

 

Le Jardin en octobre 2007

 

 

 

 

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement